LA BRÈCHE

NAOMI WALLACE

En sacrifiant l'un et l'autre ce qu'ils ont de plus cher, Jude, grande soeur sauvage et protectrice, et Acton, petit frère asthmatique et bouc émissaire, s'entraînent mutuellement dans une chute inexorable. Mais aurait-il pu en être autrement ? June, Acton, Hoke et Frayne sont adolescents au milieu des années 70 dans une petite ville du Kentucky. On les retrouve adultes, quatorze ans plus tard, après l'enterrement de l'un d'eux. À travers un chevauchement d'époques, les rouages de cette tragédie se dévoilent sous nos yeux, dans une mécanique implacable remontant jusqu'à ce défi adolescent qui fera tout basculer. Cette pièce questionne avec force les désirs adolescents, les ravages des non-dits et du sentiment de culpabilité, et dénonce l'instrumentalisation du corps féminin. Mais La Brèche déconstruit également le Rêve américain : face à la brutalité du système économique, il ne suffit pas de travailler dur et d'aimer sa famille pour ne pas risquer d'être détruit.

Texte Naomi Wallace

Traduit de l'anglais par Dominique Hollier

Mise en scène & scénographie Tommy Milliot

Dramaturgie Sarah Cillaire

Conception et construction décor Jeff Garraud

Lumières Sarah Marcotte

Son Adrien Kanter

Assistant mise en scène Matthieu Heydon

Avec Lena Garrel, Matthias Hejnar, Roméo Mariani, Dylan Maréchal, Matteo Renouf, Aude Rouanet, Edouard Sibé, Alexandre Schorderet

Production MAN HAAST

Coproduction Festival d'Avignon, Pôle Arts de la scène - Friche la Belle de Mai, Théâtre Joliette - Scène conventionnée pour les expressions et écritures contemporaines (Marseille), Théâtre du Bois de l’Aune (Aix-en-Provence), Le CENTQUATRE-PARIS

Soutiens Théâtre des 13 vents - CDN Montpellier,  ARTCENA, DRAC Provence-Aples-Côte d’Azur, Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conseil départementale des Bouches du Rhône, Ville de Marseille, SPEDIDAM Avec l’aide de Nanterre Amandiers - Centre dramatique national, Théâtre Ouvert - Centre national des dramaturgies contemporaines (Paris), Montévidéo - Centre d’art (Marseille)

Avec la participation artistique de l’ENSATT et du FIJAD

Texte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez

 

SPECTACLE CRÉÉ LE 17 JUILLET 2019 AU FESTIVAL D'AVIGNON

© Christophe Reynaud de Lage