Laurence et ses enfants HD.jpg

MÉDÉE

SÉNÈQUE 

Criminelle autant que magicienne, Médée transgresse les limites de la psychologie humaine. Par amour pour Jason, le héros grec qui a mené les Argonautes jusqu’en Colchide, Médée trahit son père, son royaume, et tue son frère Absyrtos. Finalement exilé à Corinthe auprès du roi Créon, le couple donne naissance à deux fils. 

La pièce de Sénèque commence quand Médée apprend l’annonce du mariage de Jason avec Créüse, la fille de Créon. Oscillant entre douleur et fureur, elle affirme alors sa volonté de se venger. À la différence d’autres figures tragiques, Médée refuse la fatalité, construisant elle-même son destin, sous nos yeux. Médée répudiée doit devenir légendaire et seul un crime « au-delà de l’humain » permettra cette métamorphose. Sénèque nous fait assister à la naissance d’un monstre. 

Nous connaissons le mythe mais il conviendra de l’oublier pour mieux retrouver la tragédie.

Lire "Voir le monstre" par Sarah Cillaire

DISTRIBUTION

Texte Sénèque 

Traduction Florence Dupont 

Mise en scène et scénographie Tommy Milliot

Dramaturgie et voix Sarah Cillaire

Lumières Sarah Marcotte 

Sons Adrien Kanter 

Assistant mise en scène Matthieu Heydon

Avec Benedicte Cerruti, Charlotte Clamens, Cyril Gueï, Miglen Mirtchev 

et un binôme d’enfants, en alternance.

Régie générale Mickaël Marchadier

Régie son Aurélie Granier 

Assistant stagiaire dramaturgie TNS Alexandre Ben Mrad

Production Man Haast et La Criée - Théâtre National de Marseille 

Coproduction Extra Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur, Théâtre National de Nice, Scène nationale Liberté-Châteauvallon, La Villette - Paris

Médée bénéficie du soutien exceptionnel à la création de la DGCA. Man Haast est une compagnie conventionnée DRAC PACA; elle est régulièrement aidée pour ses projets par la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône et la Ville de Marseille.

Fabrication du décor Ateliers du TNP, Villeurbanne

Médée traduit par Florence Dupont (1992) a paru dans Sénèque, théâtre complet (Paris, Actes Sud, 2012).

Photo © Vincent Gouriou